Pier Fabre, Le Réveil, Puy de Montchal, Besse

Le Réveil

Composition de 500 rubans de couleur rouge-orangée, de 30mm de largeur et de 8 à 12m de hauteur, étendus entre 6 cercles d’animage. Cercles d’armatures en matériaux composites et en acier. L’ensemble forme 3 sections de cônes concentriques suspendus en plein centre du cratère par un réseau de filins. Cordages techniques de haute résistance. Hauteur de 12m, diamètre 14m.

Note d’intention de Pier Fabre

« L’idée de réveiller le Puy de Montchal en installant une éruption explosive en plein milieu de son cratère m’apparaît comme une évidence. Elle se matérialise sous la forme de cette installation cinétique, aérienne et légère, une forme minimaliste qui présente des effets optiques spectaculaires.

Le volume conique, parfaitement géométrique, dessiné dans l’espace par les lignes droites des rubans tendus, est une interprétation épurée, presque abstraite, du phénomène éruptif dont le cratère fut le théâtre.

Le simple déplacement du spectateur par rapport à l’installation suffit à animer les effets de moirage qui apparaissent du fait que les rubans soient disposés légèrement en biais. Le cratère semble relativement protégé des vents forts, mais la moindre brise fait osciller les rubans accentuant encore ces effets cinétiques et optiques déjà observables sans vent, créant une expérience sensitive forte qui place le spectateur au centre de ses propres vibrations, dans ce paysage à la fois fermé, intime et sublime. »



















Pier Fabre, Le réveil, 2011, Puy de Montchal, Besse. Photo © Bernard Pauty

Pier Fabre

Diplômé de l’Ecole supérieure d’arts graphiques en 1987, Pier Fabre a été illustrateur et créateur de cerfs-volants originaux qui lui ont valu de nombreuses invitations dans le monde entier. Depuis les années 2000, il utilise la dynamique de l’air pour réaliser des installations cinétiques in situ. Avec des centaines de mobiles hypersensibles, il s’attache à rendre visible le passage du vent, les turbulences ou d’imperceptibles mouvements de l’air. En intérieur, ses installations minimalistes jouent aussi d’effets cinétiques, utilisant les petits phénomènes amusants des lois de la physique ou de l’optique, avec des dispositifs électromécaniques de basse technologie.

Pier Fabre, Le réveil, 2011, Puy de Montchal, Besse. Photo © Bernard Pauty

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2011. Tous droits réservés

Archives expositions collectives 1er semestre 2011

 Pier Fabre, Le Réveil
   Puy de Montchal, Besse - 18.06 - 18.09.2011