Alios, sculptures dans la ville

Exposition du 8 au 18 septembre 2011. La Teste de Buch Arcachon, divers lieux publics. Visite libre.

Place Gambetta

Jean-Louis Rullaud & Francis Viguera, In Memoriam, bois
Itinéraire à travers la transformation du matériau organique (l’arbre) par l’industrie du bois (madriers, poutres, palettes, caisses et cageots. Le voyage dans l’oeuvre conduit à une méditation sur la fragilité de la nature, de la vie, mais aussi à l’espoir de sa renaissance.





Marielle Genest, Ce qu’il en reste
Ces éléments de la sculpture présentée à La teste font référence à des constructions détruites. Le papier peint fait penser à l’intérieur d’une maison, à l’espace privé. Murielle Genest questionne la notion de limite et d’interstice. Sa recherche se porte plus précisément sur l’espace que forme la limite, « l’entre-deux », cet espace très particulier qui forme un espace en soi.


Marielle Genest, Ce qu’il en reste, grillage, ciment, bois, 1,65 x 1,70 x 1,70 m








Jean-Louis Rullaud & Francis Viguera, In Memoriam, bois Marielle Genest, Ce qu’il en reste, grillage, ciment, bois, 1,65 x 1,70 x 1,70 m

Erika Bournet Delbosc, Risque de rayonnement, partition laineuse pour cinq platanes
Mon premier est un mouton gris à tête bleue
Mon second, une éolienne tripale
Mon troisième, un cyclone extra tropical de type « bombe »
Mon tout est la conséquence d’une suite d’aléas imaginés

Fond Mairie

Christophe Doucet, Chevreuil et mandorle

Salle Gambetta

Christophe Doucet, Petite Cabane et Grande Cabane, 1993. Collection du Frac Aquitaine
Petite Cabane et Grande Cabane sont constituées de planches de bois recouvertes de tôle ondulée ou de zinc. Elles contiennent des outils fabriqués par l’artiste à partir de branches et d’éléments en métal. L’art de Christophe Doucet se caractérise par son rapport à la nature, en l’organisant à sa mesure, puis en dialoguant avec elle d’une manière plus sourde, plus secrète, comme pour retrouver un sens primitif du rapport Culture/Nature.




Jardin de l’église

Olivier Louloum, Chaos Tempo !!
Pour rester dans le mouv’ des tempêtes, Olivier Louloum propose pour Alios une sculpture cinétique. Homme de la forêt, ancien menuisier, Olivier Louloum a le désir de mêler les matières et leurs histoires. Le bois est omniprésent dans ses sculptures, brut ou travaillé. Il se retrouve mélangé aux autres matières comme les produits usuels plastiques, eux, manufacturés par milliers, ayant souvent traversé les océans. Présenté toujours de façon ludique, nous retrouvons dans son travail ce choc des matières, du temps, du travail, de l’industrie, de l’écologie.

Olivier Louloum, Chaos Tempo !! Tuiles cassées, bois, 5 x 5m

Christophe Doucet, Grande Cabane, 1993, bois, tôle ondulée, acier, 245 x 245 x 80 cm. Collection du Frac Aquitaine. Photo © Dominique Fontenat

Olivier Louloum, Chaos Tempo !! Tuiles cassées, bois, 5 x 5m

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2011. Tous droits réservés

Archives expositions collectives 2ème semestre 2011

 Alios, sculptures dans la ville
   La Teste de Buch, divers lieux. 08 - 18.09.2011